Incidence, fréquence et âge de survenue des TNED

Les TNE digestives sont des tumeurs rares

Etude YAO 2008

Les TNE digestives sont des tumeurs rares, ce qui signifie que l’incidence de la maladie (le nombre de nouveaux cas par an) est faible. À titre d’exemple, une étude autrichienne récente a montré que le nombre de nouveaux cas par an (toutes catégories de TNED confondues) était proche de 2,4 pour 100 000 habitants (3). Mais comme l’évolution des TNED est globalement lente, le nombre total de patients atteints par la maladie (prévalence) est non négligeable. Aux États-Unis, ce nombre a été estimé à 35 pour 100 000 habitants pour l’ensemble des TNE sur une période de 29 ans (4). La prévalence des TNED est ainsi la seconde prévalence en cancérologie digestive après le cancer colorectal.

La fréquence des TNED a augmenté au cours des dernières années ; cela est probablement lié, au moins en partie, à leur découverte fortuite plus fréquente du fait d’un plus grand nombre d’imagerie réalisée pour d’autres raisons, et du fait d’une amélioration de leur diagnostic (5).

Age de survenue des TNE

Comme beaucoup de tumeurs, les TNE digestives sont plus fréquentes chez les sujets âgés que chez les sujets jeunes. La moyenne d’âge au moment du diagnostic est d’environ 65 ans (8). Cependant, ces tumeurs peuvent survenir à tout âge, et on constate chez les sujets jeunes une fréquence assez élevée de tumeurs de l’appendice, qui sont d’ailleurs bénignes dans la majorité des cas (3).

Y a-t-il une différence de fréquence entre les hommes et les femmes ?

Certaines études semblent montrer que les TNE digestives sont plus fréquentes chez les hommes (3, 8), d’autres indiquent une prédominance de ces tumeurs chez les femmes (10) et, parfois, la fréquence est identique dans les 2 sexes (11). Quand elles sont observées, les différences sont peu importantes. Il est possible que certains types de TNED soient plus représentés chez les hommes ou chez les femmes et que cela explique l’écart rapporté par certains auteurs, mais on ne peut pas vraiment affirmer de différence de fréquence nette entre hommes et femmes dans cette maladie.

Copyright © 2017 Ipsen, tous droits réservés - Google+ - Mentions légales