Les examens associés au diagnostic

Le diagnostic de TNED nécessite plusieurs examens complémentaires

Comme les TNE digestives ne représentent pas une entité homogène et bien définie mais un ensemble de tumeurs de localisations différentes, avec des signes cliniques très variables, il n’existe pas un seul examen permettant de poser le diagnostic. L’endoscopie couplée à l’écho-endoscopie (examen qui permet de voir les parois d’une cavité en utilisant les ultrasons) montre les tumeurs situées à l’intérieur du tube digestif et permet de faire des prélèvements.

Les examens radiologiques (scanner et IRM) permettent de visualiser la tumeur mais ne peuvent affirmer son caractère endocrine. On utilise pour cela des examens de médecine nucléaire reposant sur l’injection de marqueurs qui viennent se fixer sur les récepteurs de la tumeur (scintigraphie, tomographie par émission de positons [TEP] couplée au scanner). Les examens biologiques réalisés par la prise de sang peuvent aussi apporter des arguments en faveur du diagnostic, surtout quand les tumeurs sont fonctionnelles et que l’on peut montrer une augmentation anormale de l’hormone qu’elles sécrètent. Par ailleurs, l’Entéroscanner en remplissant l’intestin grêle (petit intestin) d’eau peut permettre de mieux identifier une petite tumeur primitive de cet organe. Néanmoins, il ne peut s’effectuer qu’une seule fois, au diagnostic pour voir la lésion du grêle, qui peut être multiple. La vidéocapsule endoscopique de l’intestin grêle peut parfois être réalisée si l’Entéroscanner est normal.

Mais, finalement, la certitude ne peut être apportée que par l’étude au microscope de la tumeur ou d’un échantillon, et c’est pour cela que l’on propose souvent au patient de faire une biopsie de sa tumeur, c’est-à-dire d’en prélever une toute petite partie pour en faire l’examen au microscope (examen histologique).

Le diagnostic de TNED est facile à réaliser grâce aux hormones sécrétées par les cellules

Le diagnostic est facilité quand la TNED sécrète des hormones qui induisent des symptômes très évocateurs comme l’insuline, provoquant des hypoglycémies, ou la sérotonine, provoquant le syndrome carcinoïde. Mais comme beaucoup de TNED ne sont pas fonctionnelles (absence de symptôme), le diagnostic est finalement rarement fait sur ces signes typiques.

diagnostic

On utilise la scintigraphie avec des isotopes radioactifs pour faire le bilan diagnostique de TNED

Pour visualiser une TNE digestive et voir si elle est localisée ou si elle a commencé à disséminer, on peut utiliser la scintigraphie, qui est un examen de médecine nucléaire. On utilise le fait que beaucoup de TNED possèdent des récepteurs pour une hormone appelée la somatostatine. On injecte donc par voie intraveineuse une préparation à base de somatostatine marquée par un isotope radioactif et on détecte la radioactivité par une gamma caméra (13). Il existe maintenant d’autres moyens de visualiser la radioactivité et donc les zones tumorales, avec la tomographie par émission de positons (TEP) couplée au scanner (TEP scan), parfois utile dans ces maladies. Ces examens utilisant des marqueurs radioactifs sont en général bien tolérés.

Copyright © 2017 Ipsen, tous droits réservés - Google+ - Mentions légales